Comment choisir son type de maison ?

Maison Bioclimatique

Une maison bioclimatique va utiliser à profit le climat, l’environnement et le pays du lieu où elle est bâtie.

C’est un bâtiment dans lequel le chauffage et la climatisation sont assurés en tirant le meilleur parti du rayonnement solaire, de l’inertie thermique des matériaux, du sol et de la circulation naturelle de l’air.

On atteint cet objectif, simplement par une orientation plein sud et par le biais de sa conception structurelle (avant tout compacte et en évitant le plain pied), et non par la mise en œuvre de matériaux dits “actifs” (capteur solaires de chauffage, pompe à chaleur, etc.).

L’architecture bioclimatique permet de réduire les besoins énergétiques, de maintenir des températures agréables, de contrôler l’humidité et de favoriser l’éclairage naturel. Cette discipline est notamment utilisée pour la construction d’un bâtiment Haute Qualité Environnementale (HQE).

Dans un pays tempéré, une maison bioclimatique peut arriver à fournir plus des deux tiers de ses besoins de chauffage uniquement par le soleil.

C’est ce qu’on appelle l’habitat solaire passif, utilisant l’architecture des bâtiments – orientation, murs, toits et fenêtres – pour capter le maximum des rayons du soleil.

L’architecture bioclimatique est une sous-discipline de l’architecture qui recherche un équilibre entre la conception et la construction de l’habitat, son milieu (climat, environnement, etc.) et les modes et rythmes de vie des habitants.

Maison Basse Consommation

La maison Basse Consommation (ou Bâtiment Basse Consommation) :

La promotion de cette norme et les conseils sur son application sont établis par l’ADEME, le CSTB ou EDF. Un référentiel a été établi à l’initiative de l’association française Effinergie.

La norme fixe pour les logements neufs une dépense énergétique maximale de 50 kWhep/(m² de SHON par an) (kWhep : kWh d’énergie primaire, définie par la RT 2005). Pour les bâtiments tertiaires, la consommation de référence doit être calculée au cas par cas. Cette exigence est corrigée par un coefficient de « rigueur climatique », fonction de la zone climatique de la RT 2005. Ce coefficient est augmenté de 0,1 si l’altitude du bâtiment est comprise entre 400 et 800 mètres, et de 0,2 si l’altitude du bâtiment est supérieure à 800 mètres. Les valeurs de l’exigence peuvent ainsi varier, selon la zone et l’altitude, de 40 à 75 kWhep/(m²SHON.an).
Les consommations prises en compte dans le calcul concernent le chauffage, l’eau chaude sanitaire (ECS), la climatisation, l’éclairage et les auxiliaires de chauffage et de ventilation. La surface prise en compte est la surface hors œuvre nette (SHON).
Par comparaison avec la construction neuve, pour la rénovation qui représente le plus grand potentiel d’économies d’énergie, l’objectif de consommation dans le même cadre est de 80 kWhep/(m²SHON.an) (kWhep : kWh d’énergie primaire), qui a aussi son label, BBC Rénovation 2009. Cette exigence énergétique est corrigé par le même coefficient de rigueur climatique, que BBC 2005

Le label Basse consommation – Rénovation (BBC Rénovation ou BBC 2009) atteste la conformité des travaux de rénovation à un cahier des charges qui intègre ” les exigences de la réglementation thermique des bâtiments existants prévue dans le code de la Construction et de l’Habitation, le respect d’un niveau minimal de performance énergétique globale et de confort d’été et les modalités de contrôle “, précise le décret du 29 septembre 2009. Pour obtenir ce label, les logements rénovés devront afficher une consommation d’énergie entre 64 et 120 kwh/m²/an.

Maison passive

C’est une maison qui se suffit à elle-même sur le poste de chauffage. Elle offre toute l’année, contrairement à une maison de construction conventionnelle, une température ambiante agréable sans l’application conventionnelle d’un chauffage. Elle se contente des apports solaires, des apports métaboliques (habitants, machines) et d’une bonne isolation, ce qui lui relègue le rôle du chauffage à un simple appoint si nécessaire. La majeure partie des besoins de chauffage sont remplis automatiquement, sans appareil mécanique ni surveillance ou programmation. L’inconvénient est que les performances de la maison deviennent alors dépendantes du mode de vie de ses occupants : ceux-ci peuvent tout à fait fausser le bilan final en utilisant mal les ouvertures ou le système de ventilation…

– La norme fixe également des exigences minimales au niveau de la résistance thermique des différents éléments de l’ouvrage (murs, fenêtre, toit, etc.), cependant, il est possible d’obtenir les performances d’une maison passive sans pour autant respecter ces exigences. En effet, il y a deux manières de réduire les besoins énergétiques :

  • la première consiste à isoler le bâtiment pour diminuer ses pertes, c’est la sur-isolation, qui utilise par exemple des triples vitrages et des épaisseurs d’isolant de plusieurs dizaines de cm.
  • la seconde consiste à augmenter les apports solaires, c’est le bioclimatisme, qui cherche plus à capter mieux qu’à perdre moins (puisque l’énergie est gratuite et renouvelable).

-Ce type de bâti engendre un surcoût à la construction de 10 à 15% qui est très vite récupéré par l’usage et le gain dans la consommation d’énergie. Voir ci après: Les règles de la maison passive.

– Elle ne doit pas dépasser une consommation énergétique de 50kWh/m2/an. En référence, la consommation moyenne française est de 250kWh/m2/an.
Un cahier des charges très strictes entoure ce type de construction.

Les règles de la maison passive:

Une maison qui répond à de nombreuses normes, voici les 5 points principaux :

1- Le logement doit être isolé, aucune fuite d’air, qui serait alors source d’une perte de chaleur. Dans la réflexion, à quoi ça sert de faire des efforts énergétiques s’il y a une fuite. Et il faut penser à n’avoir aucun pont thermique : l’isolation par l’extérieur est la plus intéressante pour ses constructions.
Les murs doivent avoir une épaisseur de minimum 30cm, et les sur pentes de 35cm,

2- Un logement solaire exploite l’énergie solaire, premier apport gratuit d’énergie et inépuisable. C’est pourquoi une orientation plein sud où l’emplacement des fenêtres a son importance. Dans le cadre de thermo solaireou chaudière à gaz haute performance, l’équipement choisi sera reliée à un ballon d’accumulation super isolé,

3- Les fenêtres doivent être en triple vitrage et leurs châssis bien isolés,

4- Un excellent système de renouvellement de l’air par ventilation (une VMC double flux avec récupération énergétique performante de l’ordre de 80% ou 90%), pour une qualité de l’air : un apport d’air frais, ainsi qu’un système pour absorber l’humidité dans les salles d’eau,

5-Les apports internes, soit l’éducation des habitants à l’éco-citoyenneté, avoir des appareils à basse consommation, A+. Et tous les petits gestes de la vie quotidienne : ne pas ouvrir les fenêtres en hivers, éteindre ses veilleuses, ….

Une isolation acoustique intérieure est rendu obligatoire pour le type de construction passif.

Maison positive

C’est une maison qui de par sa structure, ses équipements rapportés et son orientation, produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

En prenant en compte toutes les dépenses énergétiques de la maison, que ce soit le chauffage, l’éclairage, les appareils électroménagers, la VMC, …, Et grâce à des systèmes de production énergétique renouvelable, comme les panneaux solaires photovoltaïques, les éoliennes,… ce type de maison va produire plus d’énergie que le résultat du calcul de l’ensemble des besoins énergétiques de la maison.
La difficulté dans ce type de projet, c’est de précisément définir les besoins énergétiques de la maison, afin de les compenser totalement par des apports énergétiques de sources naturelles et inépuisables tout en maintenant un système de production énergétique adapté.
Il est trèsfacile de sur dimensionner la production énergétiquemais cela a un coût.
Bien posé et bien pensé permet de rentabiliser le thermo-solaire entre 5 à 7 ans. Après on passe dans le vrai positif.

Exemple d’équipement rapporté en supplément d’une très bonne isolation et étanchéité à l’air (compter 60cm en toiture, 40 en mur et 25 au sol), une orientation plein Sud des pièces de vie avec un maximum d’ouvertures et un aspect général compact de la maison):
– Géothermie horizontale ou verticale
– Panneaux thermo-solaires 40 m² pour le chauffage
– Panneaux thermo-solaires 20 m² pour l’eau chaude sanitaire
– Triple vitrage (grandes baies) à orientation principale Sud (solaire passif)
– Plancher chauffant/rafraîchissant
– Puits canadien avec VMC double flux
– Un photovoltaïque à la revente EDF pour récupérer les charges de fonctionnement de la PAC (Pompe à chaleur géothermie), de la VMC et alimenter de la basse tension (technologie Led)
– Murs à inertie thermique (pour restituer la chaleur la nuit)
– Récupération de l’eau de pluie pour économiser sur l’arrosage, les WC, la machine à laver et ce qui est alloué au non potable.

Rénovation énergétique et développement durable
La maison en bois